Vérifié

Un cas de violence conjugale signalé à Pointe-noire

12:40 Apr 18 2013 Pointe-Noire, Congo

Description
Félicité née le 30 Mai 1970 est mère de quatre enfants. Elle a été victime de violence conjugale. Elle a connu son conjoint à Brazzaville en 1992. Son conjoint, Jean Batiste, un sergent lui avait promis le bonheur. De leur union Félicité avait mis au monde un enfant de sexe masculin et deux filles.Au début de leur union, tout allait bien. Son conjoint a été envoyé en stage à Pointe-Noire; ensuite il a fini par obtenir une affectation dans cette ville. Pendant les années qu’ils ont vécu ensemble, son conjoint a eu trois autres enfants hors foyer, quand Félicité se plaignait son mari ne voulait rien entendre et ils se battaient. Quelques années plus tard il est parti en stage à Brazzaville c’est là ou le pire a commencé. A la fin du mois il envoyait cinquante mille francs (50 000) FCFA en dehors du loyer et de l’électricité dont il envoyait l’argent. Dans cet argent, tous les autres besoins étaient compris dans les cinquante mille tels que :l'argent de poche, le petit déjeuner, quand il y avait les besoins des enfants de l’école, etc. Après avoir envoyé l’argent il bloquait son téléphone pour que Félicité ne se plaigne pas et cela pendant deux (2) ou trois(3) semaines selon sa volonté. Mais il y avait des moments ou quand Félicité l'appelait pour lui annoncer qu'elle n'avait plus d’argent pour la popote? il envoyait 10.000 FCFA mais par fois il faisait la sourde oreille.

Félicité témoigne :" j’ai supporté pendant une année constatant que ne n’arrivait pas; j’ai fait une tantine avec mes copines cet argent m’a permis de commencer à vendre des produits alimentaires et divers devant la maison. C’est ce qui a fait que je m’ensorte. Avant son retour ici à Pointe-Noire on m’a informé que mon mari a doté une autre femme pendant ses année de stage. Je n’y croyais pas ! A son retour quelques jours après, je le lui ai demandé il avait refusé catégoriquement. Je me disais que c’était vrai par ce que quand je le voyais avec une somme importante d’argent dans la maison, lorsque je lui demandais il me répondait que c’était pour son chef. J’ai fait les cours de pharmacie pendant six mois avec le peu d’argent que j’avais eu quand je vendais mais je ne les avais pas finis par manque de finances; je lui ai demandé de m’aider pour que je finisse ma formation il ma répondu qu’il n’avait rien à me donner. Trois mois après il m’a dit qu’il avait une autre femme et qu’il fallait que je lui libère la maison. Quelques jours après nous nous sommes battus et j’avais compris qu’il ne m'aimait plus, j’ai pris mes choses (tout ce que j’avais acheté avec mon argent)et je suis repartie à Brazzaville chez mes parents c’était en Septembre 2012.

Six mois après notre séparation il est venu faire le mariage officiel avec sa nouvelle femme. C’était un double choc pour moi par ce que le jour de leur mariage officiel avait coïncidé avec jour de l’enterrement de mon grand père. La veillé était sur la rue Moudzombo et leur cortège passait sur l’avenue des trois martyres les gens sont venus me dire que le cortège qui passe c’était mon mari avec sa nouvelle femme. J’avais pleuré doublement ce jour là.

Depuis là j’ai commencé à souffrir de l’hyper tension je faisais des crises mes parents m'ont amené à l’hôpital le docteur a prescrit les produits mes parents ont acheté je les ai pris mais ça n’avait pas marché je passais de crises en crises le docteur ma dit si cela continuais ainsi j’allais mourir. Il fallait que je lui raconte mon histoire et il m’avait dit de voir un psychologue c’est ce que j’avais fait nous sommes allé au centre de KIMBANGUISTE où j’ai rencontré un psychologue qui m’a fait plusieurs séance de thérapie c’est ce qui m’a soulagé. J’ai vécu cela en Juillet 2012.

Après je suis revenue ici à Pointe-Noire où je vis chez ma tante mais ce n’est pas facile de vivre chez les parents lorsqu’on ait déjà grand et qu’on ne fait rien. Il y a des jours où par fois je dors affamée par manque de moyens".
Données supplémentaires
Fonction: Travailleur indépendant
Situation familiale: Concubinage
Auteur: Partenaire intime
N° du cas: 14/PNR/2013
Organisation rapporteuse du cas: AZUR Development
Name of reporter: Emeline Malounguidi

Crédibilité: UP DOWN 0
Files
Uploaded files associated with this report

Rapports supplémentaires

Saoulée puis abusée

12:16 Feb 25, 2013

Pointe-Noire, Congo, 0 Kms

Une élève abusée à l'âge de 14 ans

22:34 Apr 10, 2013

Pointe-Noire, Congo, 0 Kms

Une fille de 13 ans renvoyée au village après avoir été violée

23:11 Feb 23, 2013

Pointe-Noire, Congo, 0 Kms

J'ai envie de quitter ce mariage, mais j'ai peur

14:30 Mar 25, 2013

Pointe-Noire, Congo, 0 Kms